PARIS NORMANDIE interview BARKS

PARIS NORMANDIE interview BARKS

Un barbecue très haut de gamme conçu et fabriqué en Normandie

 

Initiative. Quatre associés ont créé Barks, un barbecue très haut de gamme et équipé d’un système breveté. Un produit qui commence déjà à séduire malgré un prix élevé.

 

Marc Agneray le confirme très vite : « C’est le barbecue des passionnés, de personnes qui ont les moyens ». Depuis un peu plus d’un mois, avec ses trois associés, il a commencé à vendre un barbecue (très) haut de gamme conçu et dessiné en Normandie. Dans l’Eure. Le siège de Barks, que gère Marc Agneray, est à Autheuil-Authouillet. L’entreprise de tôlier-chaudronnier ERM en charge de la fabrication, dirigée par Benoît Damilleville (également associé à Barks), est à Louviers.

 

Un dispositif breveté « trouvé de manière empirique »

 

Le ticket d’entrée pour acheter un Barks est de 2 490 euros ! À ce tarif, l’amateur argenté de saucisses grillées reçoit la version la plus simple possible sans décoration, sans tablette et sans réducteur. Comptez 2 960 euros pour un barbecue complet (et dont les plus de 90 kg sont livrés gratuitement), personnalisé et sérigraphié au nom du propriétaire. «Oui, c’est intrinsèquement cher, reprend Marc Agneray. Car tout est fabriqué à la main, en inox 316, de qualité marine et alimentaire.»

 

Surtout, le produit est équipé d’une technique de récupération des graisses brevetée. C’est d’ailleurs ce dispositif pensé par Marc Agneray qui est à l’origine du projet eurois : «J’ai trouvé le principe de manière totalement empirique. Et aucune marque n’avait pensé à cela.»

 

Grâce à l’inclinaison spécifique de la grille, les gouttes de gras ne tombent pas sur le foyer et sont récupérées dans un bac spécifique. «Cela permet de ne pas brûler les produits, c’est beaucoup plus sain», note le gérant de Barks (de l’anglais « écorce »).

 

«Les premiers dessins de barbecue intégrant l’idée brevetée ont été réalisés à l’été 2017. Nous avons réalisé un premier prototype en 2018, un second… Et l’on s’est lancé en fin d’année. La première vente s’est faite en mars2019», explique-t-il.

 

Sept ont trouvé preneurs. Des restaurants huppés l’utilisent déjà, pas vraiment échaudés par le prix : «Il faut savoir que notre marge est très faible sur chaque produit vendu. Et le but est de réinvestir l’argent gagné pour développer la marque, à travers notamment de nouveaux modèles.»

 

Deux autres modèles, dont un avoisinant les 1 500 euros, sont en cours de réflexion, avec toujours la technique spécifique de récupération des graisses et la volonté de faire un produit fabriqué en Normandie. «Nous travaillons aussi à l’élaboration d’une cuisson verticale pour tournebroche et d’autres accessoires. Et on nous demande beaucoup une version gaz…» De quoi faire hurler les puristes amateur de viande braisée et de légumes cuits à la braise…

 

(écrit et publié par le journaliste de PARIS NORMANDIE, Anthony QUINDROIT, le 11/04/2019.)

Pour lire l’article officiel: https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/un-barbecue-tres-haut-de-gamme-concu-et-fabrique-en-normandie-MK14879115

Partager cette publication